Tuning esthétique

    Vous commencez à en avoir marre du noir charbon ou de cet espèce de gris bleuté qui fait ressembler votre TI 83+ favorite à une Casio fx250 ? Alors il se peut que cette page soit faite pour vous. Ici vous allez pouvoir apprendre quelques trucs sur le tuning esthétique sérieux de votre machine. Ici, pas d'autocollants, pas de blanco ou de gravures douteuses à la pointe de compas. Rien que du travail soigné, à la peinture.

J'ai opté pour l'approche "peinture auto", comme Obza_fazer. Ca tient vraiment bien selon lui, et j'espère obtenir les même résultats.

Trêve de blabla, vous aurez besoin de ça pour faire ce mod; (Désolé, la page n'est pas très fournie en photos, mais vu mon appareil, c'est mieux comme ça !)

 

Première étape: le matos

- Peinture auto (en bombe)
- apprêt pour la peinture auto (en bombe aussi)
- produit de finition transparent style vernis (facultatif, ça tient très bien tout seul)
- papier à poncer à l'eau (800 ou plus fin), pour nettoyer plus facilement la pièce ET le papier. Ca "bourre" trop vite si on met pas d'eau. Et en plus, ça aide à bien enlever la poussière.
- Grandes plaques de carton (pour protéger), ou, à défaut de mieux, du papier journal
- scotch double face industriel ou cyanoacrylate (pour recoller les patins après avoir peint)
- tuyau de plastique transparent et fin (pour remplacer les patins de caoutchouc si vous les avez paumés, comme moi, ou pour en faire des custom.)
- de quoi faire des cales pour les pièces en train d'être peintes
- cutter de modéliste type X-Acto
- des bâtons d'eskimos
Si votre projet demande un motif particulier:
- du papier photo usagé pour faire le pochoir
- fil de fer fin et pince coupante (voir 3.1)

Pour ceux qui voudraient ajouter un effet ou un motif, la cinquième partie indique la marche à suivre.

 

Seconde étape: démontage de la machine

Note: Pour avoir toutes les instructions sur comment démonter votre calculatrice sans perdre de données, lisez la page de l'overclocking

    Profitez-en pour laver les touches du clavier, elles s'encrassent trop vite pendant les parties de Tétris..
Mais attention, ayez un document vous montrant leur disposition, sinon vous allez galérer pour les remettre en place à l'aveuglette. (voir Annexe)

Si vous voulez retirer la pièce décorative autour de l'écran, utilisez ce que vous voulez, moi j'ai pris la petite lame d'un canif, mais avec un bâton d'eskimo taillé, ça doit aussi marcher.

Comment l'enlever...en image :) 

Troisième étape: la préparation des pièces à peindre

    Commençons par le cas le plus simple, celui ou vous ne souhaitez peindre que le slide.
Enlevez les patins en caoutchouc (en supposant que vous les ayez toujours ;-), puis lavez soigneusement à l'eau et au savon la ou les pièces à peindre. Si vous avez pas envie de vous faire chier, mettez les pièces au lave-vaisselle, ça fond pas, juste désactivez le séchage par chauffage et laissez sécher à l'air. On est pas pressés !
Si y'a besoin, vous pourrez aussi utiliser une petite brosse (ex. vieille brosse à dent ou à ongles).

    Une fois sec, pourquoi ne pas poncer un petit coup la surface avant de mettre de l'apprêt ? Pour ne pas user votre case jusqu'à la corde, utilisez du papier de verre fin (le 800) pour "matifier" la surface, et oeuvrez sous un filet d'eau. Pourquoi un filet ? parce que si vous en mettez trop, vous verrez plus ce que vous faites en-dessous, ce qui n'est ma foi pas trop souhaitable. Monter de préférence le papier de verre sur un tampon rigide si vous souhaitez conserver le relief des gravures.
    Refaites sécher à fond.

Garder les inscriptions lisibles ? C'est possible !
    Façon simple et économique
        Si vous souhaitez conserver les fonctions au-dessus des touches, il y a deux manières de procéder. La première est simple et ne fait appel qu'à votre jugeote; placez des petits caches autocollants (il n'est pas nécessaires qu'ils soient taillés au millimètre près) sur les inscriptions que vous désirez conserver, passez l'apprêt, puis enlevez au moment de la peinture. N'appliquez qu'une seule couche fine de couleur sans poncer, et vaporisez une couche de finition transparente une fois sec (C'est obligatoire !!). Le relief seul des inscriptions devrait se voir à travers la peinture et le vernis transparent de façon satisfaisante, tout en conservant une durabilité plutôt bonne de la machine.
    Façon fastidieuse et soignée
        Pour la seconde méthode, il s'agit de quelque chose d'autrement plus long et chiant; placez des petits morceaux de scotch découpés à la taille sur les caractères, et appuyez bien pour les faire tenir. Ils ne devront pas s'en aller de tout le traitement que la face des touches va subir !
 

mais le résultat vaut la peine qu'on se fatigue (ça a marché pour UNE inscription sur la mienne, les autres n'ont pas survécu à la saleté du garage)

    Première étape: Avec du scotch (le translucide, si possible), découpez des petits morceaux pour recouvrir chaque inscription. Chaque cache doit être très légèrement plus grand que l'inscription (pas plus de +1/2mm de chaque côté) et collez-les sur la marque correspondante.

    Seconde étape: passez les couches d'apprêt pr carrosserie en ponçant entre chaque (je détaille pas la procédure, c sur la bombe). enlevez les caches et Poncez la dernière couche et ne laissez qu'une épaisseur minimale. Insistez (pas comme un bourrin qd même) aux endroits nus (inscriptions) avec un papier de verre à l'eau, très fin (genre 800 ou plus fin), pour obtenir une sorte de "pente" de la couche d'apprêt vers le plastique nu.

    Troisième étape: il faut maintenant re-découper des caches (vous pouvez réutiliser les anciens si vous avez été méticuleux) à la mesure exacte des inscriptions, et les coller en place.

    Quatrième étape: passez les couches de peinture (une, normalement, mais le mode d'emploi est aussi sur la bombe ), puis retirez les caches. Pliez un petit morceau de papier de verre 800 ou plus fin pour former une pointe, puis sablez légèrement les bords limite peinture/plastique. Si le travail est bien fait, seule une légère ternissure à la jonction doit être visible.

    Cinquième étape: passez la dernière couche de peinture; faites un passage au-dessus du boîtier très rapidement de manière à laisser tomber une pluie très fine de gouttelettes de peinture sur toute la surface. Le résultat devrait être une brillance quasi-homogène sur toute la surface, y compris les inscriptions, qui devraient cependant rester lisibles vu la faible quantité de peinture déposée dessus.

    Certains vont me dire: pourquoi ne pas laisser les caches en place pendant toutes les opérations ? ben c simple, pour l'avoir essayé, je peux dire que laisser en place les caches, il se forment une couche incurvée vers le haut après l'application des différents produits au voisinage immédiat des inscriptions, ce qui donne un aspect "destroy" au clavier (très moche), sans compter que l'apprêt peut fuir un peu en-dessous du cache s'il est mal collé, et dépasser la couche de couleur.


Vala....

 

Quatrième étape: les couches d'apprêt

    Ici, les conditions de travail dépendent de ce que recommande le fabricant de l'apprêt auto.
En ce qui me concerne, il est conseillé de travailler dans un endroit aéré, à environ 20°C, et, je l'ai appris à mes dépens, EXEMPT DE POUSSIÈRES ET DE PARTICULES (pas une chambre propre mais presque). Je recommande donc l'usage d'une surface de protection en carton, d'abord c'est du monopièce et c'est rigide, pas comme le papier journal, donc pas de risque de retournement du papier sur l'apprêt ou la peinture pas sèche (aussi testé :-( ), et on voit mieux les saletés dessus.
Il faut aussi, autant que possible, être vêtu de fringues qui ne peluchent pas (bleu de travail, blanc de peintre, ou vert de chirurgien). On attache aussi les cheveux, les filles !
Enfin, après un contrôle minutieux de la propreté, vous allez pouvoir déboucher la bombe d'apprêt et commencer l'application. Faites d'abord un petit essai sur un coin de la surface en carton pour vérifier la puissance du jet, puis appliquez sur les pièces. Faites des mouvements toujours dans le même sens et tenez-vous en à cette disposition, sinon ça risque de faire des pâtés inesthétiques.

    Moins d'une heure après (pour mon cas), appliquer la seconde couche, pourquoi pas perpendiculairement à la première.
Une fois bien sec, poncez avec le 800 jusqu'à ce que l'apprêt fonce légèrement, ce qui sera le signe que vous avez alors presque atteint le plastique. Rincez soigneusement.

Un petit exemple de ce que ça peut donner:
Oh le bel apprêt :p
Oki, j'ai pas fait ça sur du carton, mais faites ce que je dis, pas ce que je fais mdr !
On distingue assez bien sur la photo de gauche le scotch de protection placé autour de l'écran à l'emplacement de la pièce décorative pour protéger la surface en-dessous.
À droite, rien à signaler, sinon le bout de scotch sur le compartiment à pile mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

Cinquième étape: la peinture

1- La peinture unie
    Si vous n'êtes pas sûr de la peinture que vous utilisez, faites d'abord un essai sur une petite surface, le genre le capot du compartiment piles, ou le couvre-pile de sauvegarde. Ça peut vous éviter l'erreur de Screamer, ou devrait-on dire l'horreur.
C'est aussi particulièrement utile lorsque le vendeur est infoutu de vous renseigner sur les peintures correctement.

    Ici aussi, procédez en environnement propre. Peignez le dessus et les côtés du slide en le plaçant sur des cales pour pas qu'il touche directement la surface, sinon ça risque de faire un bord pas beau.
Ici aussi, il faut "bomber" toujours dans le même sens, sinon ça fait vraiment dégueu, surtout avec les peintures métallisées. Poncez légèrement une fois sec avec le ...800, oui, vous avez deviné !
Passez ensuite le nombre de couches désirées (je dirais pas plus de 3), avec ponçage léger entre chaque.

Il ets pas beau mon slide ?
Un exemple avec le slide...

Alors voilà ce que ça devrait vous donner si vous décidez de mettre une peinture unie. Il ne vous reste plus qu'à peindre les autres pièces de la même manière.

1.1- Peinture bicolore avec effet dégradé
    Mettons que vous vouliez faire un dégradé de couleurs du même ton sur la machine, il est assez difficile de le réaliser pour un novice, surtout sans aérographe. Considérant le prix de tels engins, je vous présente une méthode utilisant les bombes de peinture.
    Si les couleurs que vous utilisez sont du même ton, la méthode sera simple et consistera à vaporiser simultanément et en parallèle les deux peintures de manière à ce que chaque jet chevauche légèrement l'autre au cours de l'application.

    Si cette méthode vous semble hasardeuse ou si vous n'êtes pas sûr de vous, utilisez plutôt la suivante. Repérez la ligne limite (fictive, puisqu'il s'agit d'un dégradé) entre les deux couleurs, puis cachez l'autre partie avec du papier épais à partir de cette ligne. Peignez la partie découverte. Une fois la peinture sèche, cachez cette partie et peignez l'autre avec l'autre couleur que vous avez choisi. En enlevant le cache, vous devriez avoir deux moitiés de couleurs différentes, à jointure nette. Il faut maintenant adoucir cette frontière au point de ne plus la voir nettement. Pour ce faire, positionnez un cache droit quelques millimètres au-delà de la ligne de démarcation, et vaporisez de la couleur de la moitié complètement découverte. Seulement, au lieu de chercher à masquer l'autre couleur déjà en place, vous laisserez tout juste transparaître la couleur d'origine; ce que vous appliquer ne doit former qu'un voile épais au-dessus de l'autre couleur.
    Une fois posé ce "voile", décalez le cache de la même manière que précédemment, et vaporisez encore. Si nécessaire, appliquez un autre cache sur le segment déjà repeint pour ne pas avoir de peinture en excès qui briserait l'effet.
    Répétez l'opération autant de fois que vous le désirez pour obtenir un effet encore plus diffus.

    Pour l'autre couleur, il faut disposer le cache de l'autre côté de la ligne de démarcation (côté opposé de celui utilisé précédemment), toujours de la même manière. Peignez et décalez le cache comme précédemment.

    Les opérations sont les mêmes si vous utilisez deux peintures de tons différents, à un détail près; il vous faudra vaporiser plus de peinture claire pour masquer la peinture foncée, et moins de peinture foncée sera nécessaire.

    Bien entendu, plus l'intervalle que vous utiliserez entre deux positions successives du cache sera petit, plus l'effet dégradé sera progressif et le fini, meilleur.

2- Peindre un logo simple
    Alors pour ça il vous faut une idée, et de quoi faire un pochoir (si vous utilisez de la peinture en bombe, naturellement.). Je ne peux pas vous aider pour l'idée, mais voici pour le pochoir. Il faut un matériau qui soit étanche et non fibreux, pour ne pas que la peinture s'étale en-dessous par capillarité. Le mieux pour cela est d'utiliser une mince plaque de plastique semi rigide, de telle manière qu'elle soit aisée à couper avec un cutter. Malheureusement ces plaques ne sont pas particulièrement faciles à trouver, et ne donnent pas toujours d'excellents résultats. Je conseille donc l'utilisation de papier photo, particulièrement celui destiné aux imprimantes photo à jet d'encre, la surface active absorbant instantanément la peinture en cas de coulure. Bon évidemment je ne vous demande pas d'acheter un paquet pour le massacrer, cherchez plutôt du côté des ateliers de photographes professionnels, ils ont toujours des restes des essais qu'ils font, peut-être que si vous demandez gentiment... Tout le monde a pas la chance d'avoir un photographe numérique dans la famille...

    Bref maintenant que vous avez votre idée et votre papier, il faut reproduire le dessin sur le pochoir pour le découper. Les manières de procéder dépendent du type de dessin. Pour une forme géométrique, règle, équerre, rapporteur et compas peuvent convenir. Par contre, pour un dessin plus complexe, la meilleure chose à faire est d'imprimer directement sur le papier du pochoir. Si c'est du papier photo déjà utilisé, imprimez-le d'une couleur foncée pour qu'il ressorte bien sur la photo imprimée avant. Découpez le contour à l'aide d'un X-Acto (cutter de modéliste) ou de petits ciseaux, en commençant l'entaille du côté de la couche imprimée. Faites attention si vous avez imprimé la figure en mode miroir ! Faites très attention à la finition des bords du pochoir, car ils détermineront la qualité et la netteté du motif une fois peint. Il n'est pas nécessaire d'utiliser toute la feuille de papier photo pour découper un pochoir; évitez de l'imprimer au centre, ce qui rendrait le reste de la feuille inutilisable pour une autre application, genre un autre motif. Préférez l'impression dans un coin du papier, et découpez uniquement la partie utile. Complétez le manque de protection autour du motif en collant sur le pochoir des feuilles quelconques autour de lui pour empêcher la peinture de se répandre (en gris foncé sur les figures ci-après).

    Passons à l'étape de la peinture. Il faut d'abord fixer le pochoir sur la surface à peindre. S'il s'agit d'un motif simple tenant en un seul cache, vous pouvez simplement poser la pièce à peindre surmontée du pochoir posé dessus sur une surface stable et propre, et vaporiser la peinture. Par contre si vous recherchez un certain effet, comme un flou sur les bords du motif, lisez la suite.

2.1- Donner un effet particulier à un logo simple
    Je donne cette rubrique à titre purement indicatif, n'ayant pas testé par moi-même l'efficacité de cette méthode, que je dois à sBibi. L'effet le plus communément recherché est un effet de flou sur les bords du motif. Le principe est simple, il s'agit de ne pas "coller" le pochoir sur la surface à peindre; ainsi, la peinture vaporisée ne suivra pas exactement les bords prédéfinis et sera en quelque sort "diffractée" par les bords du pochoir. Simple à dire, mais comment on fait ? En adaptant la méthode décrite en 2- , il faut maintenir le pochoir à égale distance de la surface durant l'application. Si elle est brève (simplicité du motif), en le tenant à la main, ça devrait convenir pour la majorité des cas. Vous aurez de la peinture sur les doigts, mais ça se lave. Attention, la distance idéale pour faire un flou léger sans tomber dans le barbouillage varie entre 5mm et 2 cm au-dessus de la surface (de l'épaisseur d'un petit doigt à la largeur d'un pouce).
    Une autre méthode pour les logos plus grands (mais toujours en un seul bloc), ou pour les pochoirs très souples, utilise des petits bâtons d'eskimo collés avec de la colle à bois pour rigidifier le tout et assurer une reproduction exacte du motif (voir schéma suivant).
    Si le logo est plus complexe, utilisez des petites cales d'épaisseur fixe pour maintenir le pochoir à distance donnée de la surface. Un moyen simple de réaliser ces cales est d'utiliser des bâtons comme nos venons de voir que vous collerez les uns sur les autres en couches superposées, puis en-dessous des bâtons de raidissement. Enfin, il vous est possible, si besoin est, de fixer les feuilles de protection sous la machine (en gris foncé) pour maintenir le logo en place le temps de la peinture.

En jaune sont représentés les bâtons d'eskimos, en gris foncé les feuilles de protection (quelconques) tenues par des rubans scotch (bleu)

Les doubles barres horizontales représentent deux bâtons d'eskimo superposés et collés pour encore augmenter la rigidité.

3- Peindre un logo composé
    Il est toutefois relativement fréquent d'opter pour un logo composé, ne serait-ce que par l'étendue des variations possibles de cette technique. Le plus évident exemple de logo composé est celui de la lettre "A"; Pour peindre cette lettre, il vous faudra un pochoir en deux parties, la première en délimitant l'extérieur, la seconde étant représentée par le triangle central. Évidemment un tel pochoir ne se manoeuvre pas d'une seule pièce. Pour peindre simplement un tel logo, il faut fixer les différentes parties sur la surface à peindre au moyen soit de colle à papier (plus facile pour nettoyer après), soit de scotch double face (je déconseille, l'adhésif est assez puissant en général et risque d'arracher la peinture déjà en place), soit, la méthode que j'ai employée, de scotch simple roulé en petits tuyaux laissant le côté collant à l'extérieur. Ça colle juste assez pour tenir le cache, mais pas suffisamment pour arracher la peinture. Commencez par le cache que vous voulez, mais n'oubliez surtout pas de prendre toutes les autres mesures de distances et de proportions par rapport au premier cache posé, et c'est là que réside la délicatesse de l'affaire. Il n'y a pas de recette miracle, sauf un très grand soin dans la réalisation. Au dernier moment juste avant de peindre, pressez très fortement les caches en place pour aplatir les rouleaux de scotch qui se seraient arrondis et fausseraient les mesures, ou pire, les proportions du logo.

3.1- Donner un effet à un logo composé
    Là ça devient un peu plus complexe, du fait qu'il faut maintenir toutes les parties du cache en même temps à égale distance de la surface. Ici, pas question d'utiliser des bâtons de soutien pour tenir les différentes parties du cache ensemble, on verrait leur empreinte à l'application. Nous allons utiliser du fil de fer fin, le plus fin possible, pour tenir les parties ensemble. Il est plus facile de faire le montage en posant les parties sur du papier millimétré. Posez le premier cache qui servira de référence. Avec du scotch ou mieux, de la colle forte (contact ou cyano), collez une petite section de fil de fer sur l'endos du cache, de telle manière qu'une extrémité de ce fil dépasse largement sur le côté. Répétez l'opération pour multiplier le nombre de points d'attache (au moins 3 pour faire un plan stable, cf vos cours de géométrie...). Faites attention à garder les morceaux de fil de fer les plus droits possible sans pliures. Ensuite, positionnez très précisément le second cache par rapport au premier, et fixez les extrémités libres des fils de fer sur celui-ci de la même manière que précédemment. Répéter l'opération autant de fois qu'il y a de caches, en faisant très attention au positionnement. Pour un pochoir en deux parties, cela devrait vous donner quelque chose ressemblant à ça (sauf pour le motif bien entendu, enfin j'espère ;-))

Les morceaux de scotch de fixation (en bleu) des caches représentés ne sont pas à l'échelle. On peut les remplacer par de la colle.

    Il vous reste maintenant à maintenir le pochoir au-dessus de la surface à peindre. Nous allons utiliser la même méthode qu'en 2.1-, (utilisation de cales d'épaisseur fixe sous les bâtons de raidissement). Je recommande aussi d'en mettre sous les caches "flottants", s'ils sont de grande taille.

    Appliquer ensuite la peinture comme décrit en 2.1-.

4- Finition
    Si vous le souhaitez, il est possible de passer une couche de finition pour augmenter la durabilité de la peinture. J'ai utilisé du vernis automobile en bombe, mais selon certains, même le vernis "marine" convient à ce travail. Faites attention toutefois à le prendre le plus transparent possible, sans teinte puissante pour ne pas altérer la couleur de la peinture en-dessous.

    Vous pouvez ensuite recoller les patins d'origine à l'aide de cyanoacrylate ou de colle contact, ou bien en refaire d'autres, taillés dans du tuyau souple transparent.

Annexe: Pour remettre les touches à la bonne place...

Cliquez pour retourner au menu du site...